Des aventures de pirate en Islande

Aujourd’hui nous avons interviewé Amy, qui, il y a quelques années, a vécu deux fois en Islande chez une famille hôte pendant un certain temps.

PI : Comment vous vous êtes retrouvé 2 fois en Islande ?
Pendantma puberté j’étais fan de « hard metal music » et j’ai toujours voulu aller à un pays scandinave pour la culture viking : en Europe, chaque pays a sa propre culture, mais nous nous connaissons peu, certainement pas en profondeur. J’avais l’occasion unique à participer à l’échange des étudiants(2011-2012) avec AFS pour une année. L’Islande était un des trois choix que j’avais opté et c’est devenu ça. Donc, je suis resté dans une famille hôte, j’ai commencé à connaître les gens et j’ai fais des amis là-bas.

A l’école j’ai voulu étudier quelque chose dont j’étais curieux, mais que je ne pourrais pas étudier en Belgique : traitement de bois ou métallique. Mais alors j’aurais du me mettre ensemble avec des élèves d’âge beaucoup plus jeune que moi et qui ne connaissaient pas encore assez d’anglais – et moi pas toujours assez d’islandais. Donc, en fin de compte, on m’a fait suivre le cours FabLab , ce qui était très difficile au début par la langue et la difficulté en soit, mais finalement j’ai su développer mes talents là-bas. Une fois retourné en Belgique, j’ai continué à être intéressé par le phénomène de Fablabs et on m’a donné l’occasion pour rendre à un FabLab pendant 6 mois à Vestmannaeyjar (Westman des îles), en Islande.

Fablabs sont des endroits où le matériel de haute technologie comme des coupeurs laser et des imprimantes 3D sont disponibles pour tout le monde, qu’ils puissent utiliser pour faire leur propre produit. Les mouvements de jeunesse par exemple vont souvent là pour laisser faire un souvenir.. Dans le développement de produits c’est utilisé aussi souvent pour prototyping.

Quand je suis retourné en 2013, les pirates qui étaient la dernière fois encore non existant, étaient en pleine campagne électorale et c’est alors qu’ils ont gagné un certain nombre de sièges dans le parlement européen. L’Islande chancelait toujours de la crise, beaucoup de personnes ont perdues leur argent d’épargne, les tirs de prêts ont grimpé de façon hallucinante et au milieu de ce tumult le gouvernement a décidé à fournir de l’argent pour des islandais pour leur permettre de élaborer leurs propres idées pour faire revivre l’économie. De là, le Fablab dans les îles Westman a été cultivé. C’est dans ce laboratoire que je suis allé travailler comme une volontaire plusieurs fois – tant comme un étudiant qu’un salarié – qu’à mon avenir a été donné un chemin.

PI : Comment les Islandais sont-ils diffèrent dans leur mentalité et dans la politique?
Les Islandais savent beaucoup plus ce qui se passe dans la société. Les meilleurs amis peuvent avoir des tensions au temps d’élection, vous voyez des jeunes agés 16/17 discuter la politique, ils montent avec des bougies un montagne pour former le logo du parti. Tout le monde parle de la politique et pense que c’est important. Il est aussi très facile de s’étendre le politique : le maire vient non seulement dans la rue ou à un match de handball, mais est aussi très actif sur Facebook. Les gens soulèveront aussi un problème plus rapidement. La politique est aussi souvent présent très direct dans leur vie.Ainsi la chasse à la baleine est une question controversée. Le problème est que s’il y a trop de baleines il n’y a aucun poisson ordinaire parce que tout est mangé. Une discussion sur le stock a donc une influence sur l’économie de l’île entière. Il y a dans les îles aussi un hôpital Westman pour les 4000 personnes qui vivent là, mais les îles Westman sont 100 km de Reykjavik (à vol d’oiseau). La politique avait pensé pour fermer l’hôpital, mais ils ont formé une chaîne humaine autour de l’hôpital pour empêcher ceci. Quelqu’un qui rencontre un accident peut être aidé maintenant au moins approprié. En Belgique on obtient aussi les gens dans la rue, mais pas aussi vite et pas une grande proportion de la population. Avec les Papiers du Panama la place devant le Parlement était simplement plein. (http://icelandreview.com/news/2016/04/05/panam a-papers-protest-pictures). En Belgique, vous pouvez aussi obtenir beaucoup de monde dans la rue, mais pas ‘presque’ 10 %.

PI : Comment les pirates se sont dirigés vers le paysage politique ?
En 2008 2010 il y avait la crise bancaire. Le gouvernement a été déposé et avec les élections pour la première fois un gouvernement plus gauche a été mis en place. Ils ont essayé de ranger le bordel, mais alors ils ont aussi dû économiser de l’argent. En conséquence, en 2013 le parti d’indépendance (Sjalfstaduflokkurin), qui a été au pouvoir avant la crise, a fait le retour au fonctionnement. C’est pourquoi les islandais souvent disent d’eux-mêmes qu’ils ont la mémoire d’un poisson rouge.
En même temps le parti des pirates a réalisé quelques sièges, avec 5.1 %, grace à l’’insatisfaction des deux côtés. Les gens sont fâchés. Ils ne comprennent pas que les banquiers après 5 ans cellulaire retournent simplement à leur vieux travail. Et la prison n’est pas comme en Belgique : signifie d’habitude une bande électronique et les prisons en Islande n’ont même pas les murs, seulement quelques gardiens. (1)

PI : Vous avez rencontré les gens du Parti où et comment se fait-il que vous ne fassiez pas parti simplement du Parti d’Indépendance malgré le fait que votre famille islandaise était bleue ?
Le Fablab dans les îles Westman a été mis en mouvement par Smári McCarthy qui est en réalité aussi un activiste Internet et est devenu plus tard actif dans des organisations de dénonciation. Il a fondé le parti de pirates en Islande avec parmi d’autres Birgitta Jónsdóttir. Elle a été engagée après la crise bancaire pour faire une proposition pour une nouvelle constitution par la démocratie plus directe . Cette proposition cependant a été retenu dans le Parlement réel. (3)

Il faut quand même être clair que le Fablab n’avait rien à voir avec le parti pirate même.  C’est juste par hazard que je me suis interessé au Fablab et que j’ai eu l’opportunité de connaître les pirates.
Je suis dans le parti de pirates par l’amitié. En allant avec Smári à Reykjavik j’ai appris à connaître des autres personnes et j’ai été persuadé pour participer aux discussions sur café, peut-être parce que j’ai été intéressé par la politique.

PI : Quelles sont les idées de base dont vous avez parlé au Parti de Pirates ?
Vie privée. Moi-même j’étais toujours intuitif soigneusement avec MSN, Netlog… et j’ai essayé de me proteger aux écrans où nécessaire. Démocratie plus directe aussi. Si 30 % vote pour un grand parti, qu’est-ce qui en sort des autres 70 % ? Un système idéal n’existe pas encore.
Quant au copyright, bien que particulièrement au niveau européen, il y avait en fait une émeute géant. L’Islande a voulu bloquer tous les websites pornographiques. Même le mot dans la bouche, c’était déjà un choc pour faire. (4) Aussi l’abolition de lois absurdes est quelque chose avec lequel les pirates sont occupés. La diffamation de Dieu n’est plus interdite en Islande à cause des pirates. (5)

PI : Il y avait à ce moment-là aussi discussion sur le revenu de base?
Ainsi le revenu de base n’était toujours aucune question au parti de pirates (était même plus juste le “parti Internet”), mais il y avait déjà discussions. Il y a une année (2015) (6) ont l’a présenté aussi dans la politique et récemment quelqu’un a dit simplement sans arguments que ce n’est pas une bonne idée. (7)

PI : Comment les pirates sont organisé en comparaison d’ici ? Ils sont aussi beaucoup plus grands et nous organisons souvent tout aussi horizontal que possible. Comment ils se comparent en face ?
Tout le monde travaille avec Linux, des cryptopartis, montrait comment vous pouvez configurer le pidgin pour utiliser l’ “encryption”… Impliqué donc par une organisation raisonnable . En comparaison avec la Belgique ils accorderont le principe de modérateurs. Tout est autant que possible basée sur la démocratie plus directe et les valeurs fondamentales., mais parfois vous êtes coincés dans une discussion et il sera aux modérateurs à prendre une décision d’essayer de s’en sortir. C’est la même chose comme quand vous êtes malade et il y a 7 docteurs autour de vous. Il y a au moin un qui va devoir prendre une décision pour qu’ils puissent te guérir. Les sujets sont discutés en ligne et pendant des réunions. en outre tout dépend du système qui rend possible de pouvoir voter. Seulement les idées qui ont une majorité passent.

Quand ils établient une liste, par exemple pour les prochaines élections, tout le monde peut être un candidat. Interne on vote sur qui participe ou non. Ces elections prennent quelques jours. Quelqu’un qui est déjà dans la liste a aussi une place aléatoire. Qui arrivera dans la liste dépend sur combien de votes vous arrivez effectivement. Quelqu’un vu comme le meilleur approprié par les membres du parti pour être le tracteur de la liste obtiendra automatiquement plus de votes que quelqu’un moins approprié.
Ces gens doivent être bons pour être élu. Le Parti Islandais de Pirates a fort grandi et la découverte de membres est une chose, mais il faut aussi des gens dans le Parlement européen qui savent faire quelque chose. C’est pourquoi beaucoup de travail est fait pour former des gens,apprendre à débattre et que les gens sont soigneusement choisis : en souhaitant les valeurs fondamentales sans risquer de prendre le pouvoir dans leur propres mains, ce qui est toujours un danger si vous avez une grande base avec seulement quelques dirigeants dans le Parlement.

PI : Vous avez toujours des contacts là ?

Tout à fait.D’habitude je les entends et les suit sur Facebook et Twitter, En attendant aussi je suis de nouveau 3 à 4 ans en Belgique. Mais quand je suis en Islande ils sont les premiers à parler avec moi et pour aller manger des glaces ensemble.

PI : Qu’espérez-vous que les élections le 29 octobre vont réaliser ? Que sont vos espoirs?

J’espère que les résultats sont aussi bons que dans les sondages, que les gens seront honnête. A préférence pas d’échec.
Nous pouvons realiser la démocratie plus directe au niveau communale. Au conseil de la ville de Reykjavik nous avons déjà des pirates, ainsi il y a des possibilités.
Nous pourrons écouter les gens, pas que soudainement 3/4 du personnel soignant offre son renvoi et part en Norvège. (8)
J’espère qu’ils font les banques plus transparentes, puisqu’on voudrait voir le changement là. Et le marché du logement! Si vous demandez aux gens dans la rue ça joue vraiment dans leut tête : logement abordable.
J’espère que la mentalité des Islandais reste : la franchise pour parler de la politique et d’être si indépendant et de temps en temps d’ avoir le courage de dire aux superpouvoirs : “va te faire foutre”.

(1) http://icelandmag.visir.is/article/three-bankers-allowed-complete-jail-sentence-electronic-monitoring

http://icelandmonitor.mbl.is/news/news/2016/05/22/one_injured_in_iceland_helicopter_incident/

http://icelandmag.visir.is/article/jailed-financier-serving-his-sentence-open-prison-crashes-helicopter-south-thingvallavatn

(2) https://en.wikipedia.org/wiki/The_Movement_(Iceland)

(3) https://en.wikipedia.org/wiki/Icelandic_constitutional_reform,_2010%E2%80%9313

https://www.google.be/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=new+constitution+rejected+in+iceland

(4) http://icelandreview.com/de/node/81293

(5) https://www.theguardian.com/world/2015/jul/03/iceland-repeals-blasphemy-law-pirate-party-campaign

(6) http://grapevine.is/news/2015/11/18/pirates-submit-proposal-for-universal-basic-income-in-iceland/

(7) http://icelandmonitor.mbl.is/news/politics_and_society/2016/09/30/iceland_s_finance_minister_shoots_down_idea_of_basi/

(8) http://icelandreview.com/news/2015/06/15/nurses-and-medical-technicians-resign-en-masse

Share